Les métiers des télécommunications : « Ils vont devoir s’adapter au fil des avancées technologiques»

Les télécommunications font désormais partie de notre quotidien et plus rien ne les arrête. De belles opportunités s’offrent donc à tous ceux qui voudront participer à ce monde d’aujourd’hui et de demain. Le point avec Pierre Chanceaulme de l’Observatoire des Métiers des Télécommunications.

Quels sont actuellement les grands métiers des télécoms ?

Le monde des télécommunications est regroupé autour de neuf domaines métier : innovation et traitement de la donnée (Data), internet, marketing et conception de services, relation client, réseaux, système d’information et services, support, vente et services aux entreprises et vente grand public. Près de 65% sont des cadres et ingénieurs. Ingénieur(e) de recherche, développeur(se), Data scientist, chef(fe) de projet, technicien(ne) réseaux, analyste de la donnée, conseiller(ère) clientèle en boutique ou à distance… la liste des principaux métiers est vaste et variée.

Dans quels domaines, ou plus exactement dans quelles activités les retrouve-t-on?

On les retrouve en premier bien sûr dans les entreprises de télécoms dont c’est le cœur de métier. Comme les opérateurs commerciaux connus du grand public (SFR, Bouygues, Orange, Free) et les opérateurs d’infrastructures moins connus (TDF, Axione, Covage, Altitude Infrastructure…) qui déploient les réseaux pour les premiers ou pour les collectivités territoriales (en particulier de la fibre optique). Sans oublier les opérateurs de satellite comme Eutelsat qui offrent également des solutions de télécommunications. Tous trois génèrent également une gamme de métiers dits non spécifiques notamment dans la relation client, le commercial, le marketing, les ressources humaine, l’administratif ou la comptabilité, des services inhérents aussi à des entreprises dont la télécommunication n’est pas l’activité première.

Et demain, quelles nouvelles fonctions vont émerger?

C’est encore difficile de savoir précisément quelles nouvelles fonctions vont apparaître. Mais celles qui existent déjà vont devoir évoluer et s’adapter au fil des avancées technologiques. Toutefois, comme on est dans une transformation de plus en plus digitalisée, de nouveaux métiers émergent actuellement et ont vocation à se renforcer dans les domaines de la cybersécurité, de la Data, de la virtualisation et du cloud computing (stockage des données et logiciels).

Est-ce un domaine prometteur question recrutement et dans quels secteurs notamment ?

Avec la fibre optique, les enjeux de la 5G, la révolution de la téléphonie mobile et des services et applications qu’elle propose ainsi que la transformation numérique dans les entreprises, c’est un secteur qui est en demande croissante sur certains métiers de pointe. On va ainsi avoir besoin de plus de développeur(e)s et d’ingénieur(e)s développement, d’ingénieur(e)s virtualisation, d’ingénieur(e)s télécoms (en particulier radio), mais aussi de technicien(ne)s maintenance et installation. Dans les emplois plus classiques, tout ce qui est lié à la relation client, au commercial, aux projets et à la communication digitale est également synonyme d’avenir.

Quelles sont les différentes formations pour y accéder ?

La majorité des entreprises de télécommunications recrutent à partir de Bac+2, BTS Management des unités commerciales (MUC) ou BTS Négociation et digitalisation de la relation client (NDRC), pour travailler dans la relation client en boutiques ou centres d’appels. Côté technique, elles privilégient les nombreuses et différentes licences réseaux, télécommunications et informatiques, soit Bac+3.  Quant aux écoles de commerce et de management et écoles d’ingénieurs (Bac+5) elles restent la voie classique pour accéder aux métiers d’ingénierie et aux métiers de commerciaux entreprise. Et quelles que soient les études choisies, de plus en plus d’entreprises offrent et mettent en avant les alternances. L’emploi en alternance, via les contrats de professionnalisation et les contrats d’apprentissage, est très développé dans la branche avec près de 8 % des effectifs (source HumApp – Rapport de la branche des télécommunications 2018).

Aujourd’hui, quelle est la place des filles dans les télécoms et y sont-elles de plus en plus nombreuses ?

C’est encore un secteur où les femmes sont minoritaires dans certains domaines métiers, en particulier les domaines techniques SI et Réseaux (avec respectivement 23% et 19% de femmes comptabilisées au 31/12/2017) alors que d’autres domaines comme le marketing, la vente la relation clients ou bien les fonctions supports, sans atteindre la parité, sont moins déséquilibrés. La perception des métiers techniques et des métiers scientifiques reste très sexuée avec une image véhiculée qui reste très masculine. Il faudrait pourtant arriver à faire changer les mentalités si l’on veut, à l’avenir, pouvoir répondre aux demandes des entreprises. L’ensemble des acteurs de la branche est mobilisé sur ces sujets.

Les métiers des télécoms t’intéresse ? Echange avec des pros du secteur sur JobIRL

inscription

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *