Kévin est journaliste reporter d’images à La Machinerie productions. Son parcours est atypique, il délivre avec passion les clefs du succès.

journaliste-reporter-d-images

Expliquez-nous en quoi consiste votre métier de journaliste reporter d’images ?

« Un journaliste reporter d’images est en charge de la réalisation d’un reportage : il interviewe des gens, les filme et va ensuite en montage. »

C’est un métier difficile à définir parce que la profession a beaucoup évolué. Avant, il y avait les reporters qui s’occupaient de tout l’édito, c’est-à-dire construire les reportages, trouver les intervenants ou encore créer l’enquête pour apporter aux téléspectateurs des informations. Aujourd’hui, les entreprises réduisent les coûts, par conséquent les journalistes doivent être aussi cameraman ou encore ingénieur du son. Le journaliste reporter d’images doit donc se focaliser à la fois sur le contenu, le son et l’image.

Avez-vous une semaine type ?

Non, il n’y a aucune régularité dans mon métier. On a une problématique propre au reportage en question. En réunion éditoriale, la rédaction nous donne les différents axes à aborder et à partir de ce moment, je peux commencer à enquêter, à écrire la trame du sujet et à contacter les intervenants pour fixer les rendez-vous. Ce travail de préparation peut durer un mois, deux mois voire trois mois pour un documentaire. En journalisme télé par exemple, sur un format plus court, il peut y avoir un reportage qui prend trois jours en écriture, trois jours en tournage et deux jours en montage.

Quel a été votre parcours pour devenir journaliste reporter d’images ?

J’aimais beaucoup l’économie quand j’étais au lycée ! Je me suis donc dirigé vers une fac d’économie mais au bout d’un semestre, j’ai été découragé par les maths. J’ai alors obtenu une passerelle vers la Sorbonne Nouvelle Paris 3 pour une licence d’information et de communication que j’ai décroché avec la mention bien. L’université proposait un master en journalisme culturel sur dossier. Je suis allé jusqu’au M1 mais suite à une grève, j’ai abandonné mon M2. J’ai fait un stage ensuite chez Radio Campus Paris et un autre de six mois chez Direct 8. Ce dernier stage m’a permis de décrocher un cdd d’un an. J’ai été recommandé à TF1 et dans différentes sociétés de production.

Quelles sont les qualités pour exercer le métier de journaliste reporter d’images ?

Il faut savoir être concis et savoir hiérarchiser pour faire passer le maximum d’informations en utilisant le moins de mots possible.

« Le journaliste reporter d’images doit être quelqu’un de créatif et ne doit pas avoir peur de partir de rien. »

Il faut savoir être débrouillard, en regardant des tutoriels de logiciels de montage par exemple. Le sens relationnel est important également : il ne faut pas hésiter à demander aux cadreurs de nous apprendre à cadrer ou encore aux monteurs de nous apprendre à monter. Un journaliste s’intéresse à tout (la musique, la vidéo, les voyages…). C’est comme cela qu’aujourd’hui j’ai pu m’associer pour créer La Machinerie productions.

Et si vous deviez changer quelque chose dans le métier de journaliste reporter d’images, ce serait quoi ?

L’humanité ! Les rapports humains qu’il peut y avoir entre certaines personnes. C’est un super beau métier, je l’adore mais c’est vrai que parfois on peut être amené à collaborer avec des personnes insupportables ou hystériques qui oublient qu’on ne fait que de la télé et que nous ne sommes pas des chirurgiens qui sauvons des vies. Je connais par exemple des personnes qui vont au travail la boule au ventre parce qu’il y a quelqu’un qui leur fait des misères.

Auriez-vous une anecdote à raconter aux jeunes ?

Oui, j’ai travaillé pour France Télévisions sur le Festival de Cannes pendant deux semaines. J’ai interviewé Nicole Kidman. Je suis fan d’elle, je bégayais tellement j’étais impressionné. A la fin de l’interview, je l’ai remerciée, je lui ai dit qu’en temps que comédienne, je la trouvais excellente et elle m’a proposé de boire un verre le soir même au Martinez. Malheureusement j’ai du décliné l’invitation car je devais couvrir un évènement avec Bruce Willis.

Quels conseils donneriez-vous aux 14-25 ans qui veulent faire le métier de journaliste reporter d’images ?

« De ne jamais baisser les bras, d’être hyper ouvert sur le monde en lisant la presse ou des livres. Il faut s’intéresser au monde qui nous entoure en voyageant. »

Ne pas avoir peur de mettre les mains dans le cambouis, d’apprendre sur internet quand on ne connait pas, de se faire former par des amis ou des collègues. Il n’y a pas de parcours type pour être journaliste reporter d’images, il existe bien sûr des écoles réputées mais on peut également être autodidacte donc si c’est un rêve pour eux et qu’ils y croient il n’y a aucune raison qu’ils échouent.

Vous voulez échanger avec Kévin, journaliste reporter d’images ? Ecrivez-lui via son profil JobIRL.

inscription

 

Un commentaire sur “Kévin est journaliste reporter d’images à La Machinerie productions. Son parcours est atypique, il délivre avec passion les clefs du succès.

  1. Ping : Journaliste Reporter d'Images, un métier complexe - OCN 2COM1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *