Interview chargé de communication : Félicie vous parle de son métier

Félicie, chargée de communication, a répondu à nos questions sur le quotidien de son métier et son parcours. Découvrez ci-dessous notre interview sur le métier de chargé de communication :
inpes

Pouvez-vous expliquer aux jeunes en quoi consiste votre métier ? 

Je suis chargée de communication à l’INPES, l’Institut National de prévention et d’éducation pour la santé. J’ai pour rôle de coordonner des métiers différents pour aboutir à des dispositifs de communication, faire passer des messages de santé publique pour changer les comportements et pour que chacun puisse être en meilleure santé. Mon métier consiste concrètement à être à la fois en contact avec des scientifiques, qui vont nous dire qu’il y a une augmentation de jeunes ou d’enfants asthmatiques par exemple, due à la pollution de l’air, ils vont nous donner des chiffres, et nous dire quel type de maladie, dans quel contexte ça arrive. Nous allons essayer de construire des messages, compréhensibles par tous, et en même temps utiliser des moyens accessibles, ça peut être du papier ou des supports adaptés au public. S’il s’agit d’enfants asthmatiques, nous allons plutôt viser les parents, donner des éléments aux enfants, et travailler aussi avec les pédiatres, les professionnels de santé. Nous sommes vraiment le « passe-plat », le coordinateur, c’est-à-dire que nous mettons en lien tout le monde pour pouvoir aboutir à un dispositif, sans compter que nous travaillons avec des professionnels de la communication, des agences de publicité, qui vont traduire le message de manière créative, que ce soit sous la forme d’un site internet ou d’une plaquette.

Je travaille au sein d’une équipe, nous sommes huit chargées de communication, essentiellement des filles, et chacune est responsable d’une thématique de santé (ex : école, nutrition, etc…). Pour ma part, je travaille sur la thématique de la santé environnementale.

Et concrètement, si vous deviez décrire les principales tâches que vous effectuez au cours d’une semaine type ?

Mon métier est plein d’imprévus ! je n’ai pas réellement de journée type. Il est donc important dans mon métier de savoir s’adapter. Une journée commence en général par une réunion, nous travaillons par exemple sur une nouvelle étude, nous décrivons ensemble les éléments que nous pouvons en extraire pour connaître le public concerné, comment nous pouvons agir. Nous faisons ensuite un compte-rendu, que nous appelons « brief », et nos recommandations sont transmises aux personnes de l’agence. Il n’y a pas que le créatif qui est impliqué dans nos projets, il y a aussi le chef de projet. Ils vont tous deux nous proposer des pistes créatives. Nous faisons des points téléphoniques régulièrement avec eux et nous travaillons également avec des acteurs de terrain, des associations au niveau local. Il peut s’agir d’un travail sur un outil pédagogique pour les enfants asthmatiques.

Quel a été votre parcours pour arriver à ce métier ?

J’ai un parcours atypique. Pour être chargé(e) de communication, vous pouvez faire des études de lettres ou une école de communication. J’ai une formation scientifique : une maîtrise en sciences de l’environnement et de dépollution eau-air-sol. Je ne voulais pas passer ma vie dans un labo, j’ai eu envie d’être dehors, de communiquer, d’être vraiment dans la relation humaine. J’ai fait ensuite un DESS en gestion de projets. Mon premier poste a été axé sur l’éducation à l’environnement et la communication, puis mon second job était chargée de communication sur les thématiques de l’eau et de l’environnement. Après 10 ans d’expérience, j’ai fait une maîtrise en validation d’acquis en communication.

Faut-il une qualité ou un talent particulier pour exercer le métier de chargé de communication ?

C’est un métier qui demande des qualités relationnelles, de l’analyse, une forte capacité d’adaptation. C’est aussi une méthodologie, de l’organisation parce qu’il y a des délais à tenir quand nous avons une campagne qui commence, il faut que les documents soient prêts.

Qu’est-ce que tu aimes le plus dans ton métier ?

La relation avec les autres, être en lien avec des profils différents et ça change tout le temps.  

Si vous aviez une chose à changer ?

Oui, l’image que nous avons du chargé de communication …nous imaginons souvent que c’est une fille, bien maquillée, portant des talons, qui va choisir entre le bleu et le jaune. Il y a un peu plus que ça quand même parce qu’il y a beaucoup de ponts avant la forme.

Une anecdote à nous raconter ?

Oui, j’ai travaillé sur un dispositif de prévention de la canicule et des fortes chaleurs et nous avons réalisé un spot pour la 1ère fois à l’institut … qui était en langue des signes, donc accessible au plus grand nombre. C’était assez touchant car il y a une personne sourde qui nous a écrit en nous disant qu’elle heureuse que nous les prenions en compte. C’est plutôt satisfaisant, de voir que les messages ou les dispositifs mis en place sont appréciés.

Un conseil que vous aimeriez donner à un jeune qui veut faire le métier de chargé de communication ?

Quel que soit le parcours, à la fois si vous êtes très décidé(e) et que vous savez que vous voulez faire de la communication, ce n’est pas parce que vous faites des études dans un domaine, que vous allez y travaillez toute votre vie, rien n’est tout tracé ! Le hasard des rencontres et puis l’évolution des compétences et des envies de chacun permettent d’arriver à un métier qui nous correspond en terme de personnalité, de tempérament mais aussi de compétences et de formation.

Si vous avez d’autres questions n’hésitez pas à contacter Félicie ou d’autres pros du secteur Communication, Médias. inscription