Vous rêvez de travailler dans la coiffure ou l’esthétique ? Découvrez l’IFPM

ifpm

 

Interview d’Anne Robert-Bonnay, Responsable du Secteur Esthétique. & Développement de l’apprentissage à l’IFPM

 

Pouvez-vous présenter l’IFPM aux 14-25 ans ?

L’IFPM est un centre de formation d’apprentissage, qui existe depuis 25 ans, qui formait au début des jeunes en coiffure, et qui a ouvert petit à petit en esthétique, nous avons 550 jeunes tous salariés d’entreprise sous contrat d’apprentissage. Nos jeunes ont entre 15 et 25 ans avec une particularité à la rentrée 2017, nous allons pouvoir accueillir des apprentis de moins de 30 ans puisque la Région Ile de France et deux autres régions testent la possibilité d’élargir sous contrat d’apprentissage aux jeunes de 25-30 ans. L’IFPM a une autre particularité, c’est un CFA indépendant qui a un mode de fonctionnement à part, puisque notre direction et conseil d’administration organisent nos plannings et tous nos formateurs sont sur le site toute la semaine, c’est une valeur ajoutée dans la formation. Quel que soit le moment de la semaine ou de la journée, les formateurs qui n’ont pas de cours sont présents pour recevoir les jeunes et parler avec les parents. Chaque formateur a une adresse mail et une ligne directe de téléphone et il y a un suivi vraiment important tant pour l’entreprise que pour les familles.

Quelles formations proposent l’IFPM ?

Les formations du CAP, BP et BTS, donc niveau 5, 4 et niveau 3 pour les deux métiers esthétique et coiffure. Nous avons beaucoup de niveau 5 CAP, de plus en plus de CAP sur 1 an, c’est-à-dire des jeunes qui sortent de licence, de BTS ou de bacs généraux.

ifpm

Quels sont les enseignements proposés par l’IFPM ?

L’enseignement en esthétique pour le CAP est un peu technique, il comprend les soins du visage, les épilations, les soins des mains, les pieds et un peu de maquillage. Ensuite en BP, nous intégrons tous les soins du corps qui sont extrêmement spécifiques (faux ongles, permanente de cils, extension de cils etc…). En BTS, nous sommes plus sur des cursus de management, de gestion d’entreprise, de développement d’entreprise, de commerciaux, plutôt que sur de l’esthétique pure. En coiffure, on a des enseignements de base pour le CAP, et en BP, on a l’intégration de la technique, de la couleur. Le BTS coiffure permet de travailler avec des marques comme L’Oréal, de devenir technico-commercial, de faire de l’animation, de la formation et du management d’entreprise. Les enseignements sont donc spécifiques à chaque niveau, et évidemment l’enseignement théorique professionnel a une large part, il comprend la biologie cutanée et générale, la cosmétologie, donc la connaissance de l’ensemble des produits cosmétiques (capillaires ou pour la peau), et puis la vente, le marketing, la communication, la gestion d’entreprise très importante en BP et en BTS, et de la comptabilité. Les diplômes BTS et BP sont assez difficiles.

Combien d’élèves s’inscrivent chaque année ? Quel est le taux de réussite à l’IFPM ?

Nous avons 550 jeunes chaque année et nous ouvrons l’année prochaine une deuxième classe de BTS esthétique, parce qu’on a énormément de demandes. Pour le CAP coiffure en 2016 : 92.5 %, le CAP esthétique : 94.6%, le BP coiffure, un peu compliqué l’année dernière : 70%, le BP esthétique : 92.1% et le BTS esthétique : 78% qui est un bon résultat puisque nous sommes à 12 points supérieurs aux résultats nationaux.

Est-ce que les métiers de la coiffure et de l’esthétique font partie des métiers d’avenir ?

Il y a une mutation de ces métiers-là. En esthétique et en coiffure, nous avons de nombreuses entreprises qui se sont développées, c’est le cas des centres Yves Rocher, des entreprises franchisées, en coiffure aussi, et il n’est pas rare de voir aussi des entreprises qui ont 15,20, 25, 30 salariés. Si vous prenez un centre Yves Rocher au cœur de Paris ou à La Défense, il s’agit d’entreprises qui tournent avec 30 salariés. Il y a un glissement de ces métiers-là vers les métiers du luxe. Il y a par exemple des coiffeurs dans tous les hôtels de luxe, les gros centres de thalassothérapie. Les entreprises ont besoin de jeunes de mieux en mieux formés et de plus en plus sérieux parce que ce sont des métiers qui touchent une clientèle de luxe, il y a donc une mutation de l’artisanat vers des entreprises hôtelières, il y a des débouchés par exemple dans les bateaux de croisières. Nos métiers de coiffure et d’esthétique sont comme les métiers de l’artisanat en France, ils sont extrêmement valorisés à l’étranger. Si vous partez à Londres avec un BTS esthétique, vous trouvez du travail dans les trois jours qui suivent, c’est valable pour les Etats-Unis, l’Australie, etc … les jeunes trouvent rapidement du travail. Pour cela, ces derniers doivent parler anglais mais nous les formons à l’IFPM pour qu’ils soient opérationnels.

Quels sont les débouchés dans ces métiers ?

Il y en a beaucoup, pour la coiffure, c’est coiffeur, mais il y en a aussi dans les métiers de barbe, au Bon Marché, il y a par exemple une très belle boutique de barbier, c’est un métier qui revient à la mode. Pour les CAP et les BP, on va retrouver les jeunes dans des entreprises en contact avec la clientèle, ce sont ceux qui vont faire les soins, qui vont coiffer et couper les cheveux. En BTS, on retrouve plus des gestionnaires d’entreprises qui vont travailler pour les grandes marques, qui vont faire de l’animation, de la formation, voire de l’enseignement et qui vont poursuivre en licence professionnelle.

Les domaines qui recrutent sont la thalasso et hydrothérapie, le spa urbain, les hôtels de luxe, les instituts traditionnels, les instituts franchisés, la parfumerie, les croisières, les centres de vacances (à la montagne), les centres de sport (il y a parfois des masseuses esthéticiennes). Les esthéticiennes peuvent par exemple prendre différentes orientations : maquillage esthétique, artistique (télé et cinéma) avec des formations supplémentaires. Quant à la coiffure, les jeunes peuvent travailler dans un salon de coiffure, en ouvrir un, ou faire de la coiffure à domicile. Il y a aussi l’esthétique et la coiffure humanitaire, c’est-à-dire des jeunes gens qui vont aller vers des maisons de retraite ou en milieu carcéral. A l’IFPM, nous faisons énormément d’actions à l’extérieur, avec la Mairie de Rueil par exemple où on va faire des soins, des après-midi bien-être et détente aux seniors.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *