Un expert-comptable, ça sert à quoi ? Avec Arnaud, Président du Cabinet Rey, Expert-comptable & Commissaire aux comptes

expert comptable

Qu’est-ce qu’un expert-comptable ?

Mon métier consiste à être au service des entreprises et à leur prodiguer des conseils en matière comptable mais aussi fiscale, sociale et juridique. Mon rôle est en premier lieu d’établir les comptes d’une société, mais mon expertise est multiple.
En effet, je retranscris par exemple l’activité d’une entreprise avec des éléments chiffrés et je l’accompagne également dans l’ensemble de ses obligations légales et réglementaires, soit ses déclarations fiscales et ses obligations sociales vis-à-vis de ses salariés notamment (la sécurité sociale, la retraite, le chômage, etc.).

J’aide le chef d’entreprise à piloter son activité en lui fournissant un certain nombre d’indicateurs : l’entreprise est-elle en croissance ? Voit-on plus de résultats ? Plus de bénéfices ? Où la marge se dégage-t-elle ?
En apportant ces éléments de réponse, je me considère un peu comme le « médecin du chiffre » !

« L’expert-comptable apporte donc de la clarté, il a vraiment une mission de conseil vis-à-vis des dirigeants. »

Quelques mots sur le Cabinet Rey où vous travaillez?

Le cabinet Rey, dont je suis le Président depuis 2005, s’agite autour de 4 pôles : l’Expertise, l’Audit, le Conseil et le Service. Pour cela, je suis entouré de 3 associés et pas moins de 65 collaborateurs. Nous avons au sein de notre société une organisation hiérarchique bien établie : directeurs, managers, seniors, collaborateurs confirmés et collaborateurs.

Afin d’augmenter les performances de chacun, nous avons mis en place un système de « Mentoring », autrement dit chaque collaborateur est en relation avec un collaborateur plus expérimenté afin que celui-ci lui permette de grandir au sein de l’organisation.

expert comptable

Quel a été votre parcours pour rejoindre le milieu de l’expertise comptable ?

Plus jeune, j’avais déjà un intérêt particulier pour l’économie. Je me suis donc naturellement dirigé vers la filière ES. Dans mon esprit, un cursus plus spécialisé allait me permettre d’être au cœur de la vie des entreprises, le conseil étant très orienté sur le positionnement économique des organisations. Après mon bac, j’ai alors fait un BTS Comptabilité et gestion. J’ai ensuite obtenu un DSCG (Diplôme Supérieur de Comptabilité et Gestion) et réalisé un stage d’expertise comptable. Enfin, j’ai décroché mon diplôme d’Expert-comptable.

« Je recommande la filière technique, mais il y a plusieurs façons de devenir expert-comptable, certains passent par des écoles de commerce. »

Quelles sont les compétences humaines et techniques pour exercer votre métier d’expert-comptable ?

Il faut savoir qu’il y a plusieurs métiers possibles au sein de cette spécialité.
Tous ceux qui sont dans la filière comptable ne sont pas experts-comptables. On peut vraiment s’épanouir dans des échelons intermédiaires, en devenant notamment contrôleur de gestion, fiscaliste, responsable RH ou comptable unique dans une PME.
L’avantage de cette profession est qu’à chaque stade d’évolution, il y a une nouvelle opportunité de carrière. Quand on prend cette voie, on a donc du temps pour voir ce qui nous plaît vraiment. Pour moi, la base technique est très importante et reste un prérequis, car un client va d’abord acheter la qualité technique des compétences de l’expert-comptable (par exemple en termes de sécurité fiscale et sociale). Les qualités relationnelles sont également très importantes.

« Il faut une forme d’intelligence opérationnelle pour mettre toute la technique acquise au service de solutions simples et le client doit pouvoir comprendre ce que vous lui proposez. »

Qu’est-ce qui vous plaît dans votre métier ?

J’aime beaucoup mon métier, parce que je trouve que c’est une filière qui permet à chacun, quel que soit son parcours, son origine sociale ou géographique, d’avoir un vrai potentiel de réalisation. J’ai des collaborateurs d’origines très variées et qui sont totalement intégrés et acceptés auprès des clients. Il y a en effet chez nous une vraie diversité.
C’est un métier très riche où on peut vraiment aider les jeunes à grandir.
Ce que j’aime aussi, c’est d’être en lien avec tous les domaines de l’économie. Je suis d’ailleurs par exemple rentré au Conseil d’administration d’ONG nationales et nous sommes confrontés à toutes les problématiques environnementales actuelles.

Etes-vous amené à vous déplacer en France et à l’étranger ? 

Oui, en fonction de la typologie de nos clients. Quand on est en outre Commissaire aux comptes (soit qu’on certifie les comptes des entreprises en vérifiant qu’ils soient fidèles aux règles comptables), on est encore plus amené à se déplacer.
Pour l’expertise-comptable, il va surtout s’agir de conseil de proximité, nos clients étant essentiellement sur Paris et l’Ile-de-France.

En début de carrière, combien gagne-t-on en moyenne dans l’expertise-comptable  ?

C’est un métier qui paye bien aujourd’hui voire très bien. Un collaborateur qui a un bac+2 gagne entre 24  et 27 000 euros brut par an, un bac+4  entre 30 et 34 000 euros brut par an et un bac+ 4 avec 5 ans d’expérience entre 42 et 46 000 euros brut par an.

Comment envisagez-vous l’évolution de votre métier avec l’Intelligence Artificielle ?

C’est une profession qui renvoie plutôt une mauvaise image, celle de l’archaïsme de la profession avec le comptable qui est derrière son bureau à saisir des factures. Aujourd’hui, avec la digitalisation, de nouvelles techniques apparaissent (techniques de scan, de reconnaissances de caractères, robotisation) et visent à automatiser toute la saisie répétitive pour orienter de plus en plus le métier sur du conseil à nos clients avec la production de tableaux de bord, des conseils techniques, juridiques etc…L’attractivité de la profession pour les jeunes va naturellement s’améliorer dans les prochaines années et il me paraît intéressant de s’inscrire dès maintenant dans cette perspective.

Dans un avenir proche, je pense qu’on pourra développer des outils technologiques destinés aux clients qui souhaitent suivre au mieux la comptabilité de leur société.
Par exemple, on peut imaginer une application qui leur donnera en temps réel, avec des courbes et des diagrammes, des informations sur leur chiffre d’affaires, leur marge, le prévisionnel à trois mois, directement accessible sur leur smartphone etc.

« L’expert-comptable va donc avoir de plus en plus de travail de conseil, d’analyse et d’accompagnement. »

Quel conseil donneriez-vous aux femmes qui veulent exercer votre métier ? Et à tous les jeunes intéressés par l’expertise-comptable en général ?

La profession d’expert-comptable se féminise de plus en plus. L’expertise comptable est un secteur qui recrute énormément, sans barrière à l’entrée, quel que soit votre sexe ou votre origine. Je préconise aux jeunes de faire une filière technique type BTS Comptabilité et gestion pour avoir les ancrages fondamentaux.

« Il y a environ 60% de femmes dans mon cabinet et il n’y a aucune distorsion de salaires. Les femmes ont vraiment toutes leur place. »

Tu t’intéresses au métier d’expert-comptable ?

Echange en ligne avec Arnaud, expert comptable et commissaire aux compte (Cabinet Rey)inscription

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *