L’ expert-comptable, ce chef d’entreprise raconté par Isabelle

Isabelle est expert-comptable chez L3 Conseils et vous parle de son métier !

Pouvez-vous expliquer aux jeunes en quoi consiste votre métier ?

Le métier consiste en l’accompagnement de nos clients, nous sommes un petit cabinet, puisque nous sommes moins de 9, trois experts-comptables fondatrices de L3 Conseils, 4 collaborateurs, un apprenti et un stagiaire. Nous travaillons essentiellement dans les métiers du service, de l’audiovisuel, du conseil. Nous avons très peu de commerçants et d’artisans. Et surtout nous travaillons avec des PME et des TPE. Nous gérons 300 à 350 clients.

Le client est en relation directe avec l’une des trois associées, chacune d’entre nous avons deux collaborateurs qui travaillent pour nous.

L’expert-comptable est un chef d’entreprise, il est donc chargé de gérer son cabinet, chercher de nouveaux clients, répondre aux questions des clients, gérer l’équipe, superviser les collaborateurs et les travaux, aller en formation, créer du lien avec les confrères et les partenaires. Toute une démarche pour rencontrer des clients, se faire connaitre et ainsi maintenir l’activité.

Et concrètement, si vous deviez décrire une journée type ?

D’abord, on traite nos mails, on répond à nos clients. Notre travail est rythmé par les échéances, les déclarations fiscales, les déclarations sociales, paies bilans. Donc nous savons qu’autour du 30, il y a les payes, tous les 3 mois, il y a les charges sociales et puis il y a le conseil client et la mise à jour de la comptabilité qui représente encore 80% de notre activité. Nous avons des rendez-vous au cabinet, on peut recevoir un client parce qu’il a des projets, il a besoin de conseils pour un investissement ou autre. Nous nous déplaçons aussi chez nos clients. Contrairement à beaucoup de cabinets, nous n’avons pas des horaires extensibles, nous travaillons de 9h à 13h et de 14h à 18h et nous ne travaillons pas le samedi.

Quel a été votre parcours pour arriver au métier d’expert-comptable ?

Je ne savais ce que je voulais faire, j’ai eu un parcours très traditionnel, j’ai passé à l’époque un bac G2 (technique quantitative de gestion) puis un BTS comptabilité. Ensuite, j’ai arrêté mes études et j’ai passé mes UE (Unités d’Enseignement) tout en travaillant. J’obtenais une UE tous les ans. Ensuite j’ai réalisé mes 3 ans de stage et j’ai obtenu mon diplôme. J’ai fait cela avec le CNAM et le CFCG et j’ai été diplômée à 40 ans. Pendant le stage, nous sommes rémunérés et nous devons participer à des réunions de déontologie et de savoir-être spécifiques aux métiers d’expert-comptable et effectuer des rapports de stage.

Quelles qualités faut-il pour exercer ce métier ?

Il faut avoir le sens du contact et aimer la relation client. Même si le métier de base est technique une fois que l’on maîtrise la technique il faut savoir communiquer avec ses clients, avec ses partenaires, avec ses collaborateurs. Il ne faut pas être trop introverti et avoir un certain caractère. Parfois, il faut savoir dire « non ».

Qu’est-ce qui fait que vous aimez votre métier d’expert-comptable ?

Pour la diversité, on ne sait pas dans une semaine, dans un mois quel nouveau client viendra à nous. Nous allons rencontrer un nouveau secteur, une nouvelle activité et ça, c’est vraiment intéressant. Le grand luxe de ce métier c’est que l’on peut travailler avec les clients que l’on a, choisir comme notre relation client est basée sur la confiance dès l’instant où cette confiance est rompue on peut décider de ne plus travailler avec un client, pour diverses raisons (mensonges du client, travail dissimulé, faux papiers, dissimulations diverses).

expert-comptable

Si vous aviez une chose à changer, ce serait quoi ?

On évolue vers un métier où l’on demande de plus en plus d’administratif à l’expert-comptable. Les administrations se sont bien rendues compte que nous sommes les premiers confidents et interlocuteurs des dirigeants. On demande de plus en plus aux experts-comptables de s’occuper d’une partie administrative au détriment du conseil et de l’accompagnement.

De plus, avec l’arrivée du numérique

De plus l’arrivée du numérique rend le fonctionnement de l’entreprise très immatériel et difficile pour le chef d’entreprise. À l’époque où on utilisait le papier, le client devait remplir ses chèques, il avait conscience de ce qui se passait, des échéances, quand, comment et pourquoi. Aujourd’hui, tout étant dématérialisé, le dirigeant devient complètement dépendant.

Quels conseils donneriez-vous à un jeune qui veut faire votre métier ?

Je conseillerai d’aller le plus loin possible dans ses études en fonction de ses capacités. À chaque niveau, que ce soit bac, BTS ou plus on trouve du travail et la grande chance c’est que nous pouvons reprendre les études quand on le souhaite. Il faut être assidu et persévérant pour avoir son diplôme. Il faut savoir que ce métier ouvre aussi des portes dans l’enseignement, et la possibilité d’être jury d’examen, que c’est un métier que l’on peut exercer en entreprise ou en cabinet qui peut être axé sur le social ou le fiscal, le conseil, la gestion, l’analyse, le management, chacun y trouve son compte.

Vous avez des questions ? Echangez avec Isabelle, expert-comptable, sur JobIRL via son profil: https://www.jobirl.com/metier/audit-comptabilite-gestion/expert-comptableexpert-comptable

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *